démarre dans < span id = "pvs-autoplay-count" >5 secondes
Les Germains : La défaite de Varus Documentaire Histoire (9 ap J.C) 4/6

Les Germains : La défaite de Varus Documentaire Histoire (9 ap J.C) 4/6

2019

Tous les camps romains de la rive droite du Rhin sont pris par les Germains, à l’exception de celui d’Aliso commandé par Lucius Caedicius qui résiste jusqu’à une sortie des survivants vers Castra Vetera (Xanten) sur le Rhin. La tête de Varus est envoyée aux Marcomans par les Chérusques, pour les entraîner dans le soulèvement. Ceux-ci refusent et transmettent la tête de Varus à Rome où elle est inhumée. Cette défaite traumatise l’empereur. Suétone écrit : « À ce qu’on raconte enfin, Auguste fut tellement abattu par ce désastre que, plusieurs mois de suite, il ne se coupa plus la barbe ni les cheveux, et qu’il lui arrivait de se frapper de temps en temps la tête contre la porte, avec ce cri : « Quintilius Varus, rends-moi mes légions ! » ». C’est le coup d’arrêt à l’expansion romaine en Grande Germanie (Germania Magna) durant son règne ; plusieurs siècles plus tard, l’armée romaine n’avait toujours pas reconstitué les légions XVII, XVIII et XIX. Il s’avère que les trois légions perdues en 9 ap. J.-C. par Varus, Legio XVII, Legio XVIII et Legio XIX, sont très mal connues des historiens, à l’inverse des autres légions romaines, laissant planer des doutes sur la nature de leur existence en 9 ap. J.-C. La lugubre lamentation d’Auguste demandant à Varus, décédé, de « rendre les légions » (ou de rendre compte de l’utilisation des ressources), accrédite l’hypothèse d’une existence plus administrative que militaire. La non-reconstitution définitive des trois légions détruites, décision unique dans l’histoire militaire romaine, confirme le caractère anormal de la situation.

Genres / Catégories: Europe
Lecture
Mes annonces